TRUCS ET CONSEILS AUX PLAISANCIERS

 

Que vous soyez sur le point d’acheter votre première embarcation ou que vous souhaitiez en faire la vente, il y a plusieurs procédures à connaître et à suivre en tant que propriétaire. Que ce soit en matière de sécurité, d’environnement ou de respect de la loi, il est bien important de s’informer au préalable sur le sujet.

Vous trouverez, dans cette section, plusieurs trucs et conseils répondants à tous vos questionnements.

 

 

Preuve de compétence

Depuis le 15 septembre 2009, tous les conducteurs d’embarcations de plaisance doivent détenir une preuve de compétence à bord de leur embarcation.

La preuve de compétence peut prendre l’une des trois formes suivantes :

  • une carte de compétence de conducteur d’embarcation de plaisance;
  • une attestation que le détenteur a réussi un cours de sécurité nautique au Canada avant le 1er avril 1999;
  • une liste de vérification d’éléments de sécurité signée si l’embarcation est louée.


Exigence pour la conduite d’une embarcation à moteur

Pour piloter une embarcation à moteur, toute personne doit obligatoirement avoir une preuve de compétence valide. Cette exigence est en vigueur depuis le 15 septembre 2009. En vertu du Règlement sur la compétence des conducteurs d’embarcations de plaisance, tous les conducteurs d’embarcations de plaisance pourvues d’un moteur et qui sont utilisées à des fins récréatives doivent détenir une preuve de compétence. Sa forme la plus usuelle est la Carte de conducteur d’embarcation de plaisance.

Examen pour la carte d’embarcation

Dans le but de faire l’obtention de sa carte de conducteur d’embarcation de plaisance, aucun cours n’est préalablement obligatoire à l’examen. Cependant, bien que vous puissiez tenter votre chance à l'examen sans suivre de cours, il est fortement recommandé de suivre un cours de sécurité nautique. Notez également que l’âge minimal requis pour conduire une embarcation de plaisance est de 16 ans.

Conduite d’une motomarine

En ce qui a trait à la conduite d’une motomarine, une preuve de compétence ou une carte de conducteur d’embarcation de plaisance est nécessaire. De plus, les personnes de moins de 16 ans ne peuvent conduire une motomarine au Canada.

Formation nautique

Afin d’en apprendre davantage sur les diverses formations nautiques, vous trouverez au sein du site de Transports Canada, une liste exhaustive de tous les prestataires de cours agréés en sécurité nautique.  

Lois et règlements

Limites de vitesse

Les provinces de l’Ontario, l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba et la Colombie-Britannique (eaux intérieures seulement en Colombie-Britannique) ont adopté des restrictions limitant la vitesse à 10 km/h à 30 m (98 pi 5 po) ou moins de la rive dans toutes les eaux de leur province, sauf dans les cas suivants :

  • ski nautique, lorsque le navire suit une trajectoire perpendiculaire à la rive;
  • cours d’eau de moins de 100 m (328 pi 1 po) de largeur, canaux, ou chenaux balisés;
  • eaux dans lesquelles une autre vitesse est prescrite dans une annexe au règlement.

Notez également que, au Québec, les limites de vitesse sont habituellement affichées.

Pour obtenir davantage d’informations sur les règlements en vigueur, veuillez consulter  le Règlement sur les restrictions visant l’utilisation des bâtiments.

Limites de nuisances sonores

En plus du simple respect des autres, il est également obligatoire pour une embarcation de plaisance motorisée d’avoir un dispositif contribuant à réduire le niveau de bruit du moteur. Ce dispositif doit être actif en tout temps lorsque l’embarcation navigue à moins de cinq milles marins (9,26 km) du rivage. Cette disposition ne s’applique pas aux moteurs hors-bords non modifiés.

Consommation d’alcool à bord d’une embarcation 

Au Québec, la consommation d’alcool n’est pas interdite en embarcation de plaisance. Le taux maximal toléré demeure le même que sur les routes, soit de 0.08. Toutefois, l’on rappelle qu’il est fortement recommandé de ne pas consommer en naviguant et que le soleil, le vent, la chaleur et l’eau sont des facteurs qui augmentent considérablement l’effet de l’alcool.  Pour en apprendre davantage à ce sujet, consultez le site Web de la Sûreté du Québec ou le site Web de Transports Canada.

Équipements obligatoires à bord 

L’équipement de sécurité minimal requis diffère selon la taille et le type d’embarcation que vous possédez. Dans tous les cas, un VFI (Vêtement de Flottaison Individuel) ou un gilet de sauvetage approuvé au Canada et de la bonne taille pour chaque occupant est obligatoire. Il en va de votre sécurité et de celle de vos proches. Vous pouvez vous procurer un gilet de sauvetage ou un VFI parfaitement approprié au type d’activité que vous pratiquez. Pour déterminer le gilet de sauvetage ou le VFI appropriés, veuillez consulter le site Internet de Transports Canada.

Informations supplémentaires

Vous pouvez également, en tout temps, demeurer informés des lois et règlements en vigueur sur le portail des services maritimes offerts par Transports Canada, Environnement Canada et Pêches et Océans Canada.

 

 

Choisir son embarcation

Choisir l’embarcation idéale peut parfois être ardu. Pour être certain de faire le bon choix, il faut être bien préparé et connaître les différents modèles existants. Il faut également savoir choisir celle qui correspondra le mieux à nos besoins. Le type, la puissance, la longueur ainsi que le coût ne sont que quelques exemples des nombreux critères à considérer lors de l’achat d’une embarcation.

Pour bien vous informez, il faut d’abord être en mesure de répondre à ces questions :

  • Quelles activités souhaitez-vous pratiquer avec votre embarcation ?
  • Sur quels plans d’eau souhaitez-vous naviguer ?
  • Combien de personnes vous accompagneront à bord ?
  • Jusqu’à quel montant êtes-vous prêt à débourser pour l’achat d’un bateau ?
  • Envisagez-vous louer une place en marina ou aurez-vous besoin d’une remorque ?

Comparer différents modèles d’embarcations vous aidera également à faire un premier tri. Découvrez le nautisme vous propose d’ailleurs un système de comparaison d’embarcations afin de mieux vous aider et vous orienter dans vos recherches. Un guide très pratique pour l’acheteur qui vous permettra d’identifier, à titre indicatif, le type d’embarcation répondant le mieux à vos besoins.

Neuf ou d’occasion ?

Il est d’abord recommandé de magasiner les bateaux neufs. Cette démarche vous permettra de déterminer quel modèle de bateau convient le mieux à vos besoins et de vous faire une idée du coût de ce type d’embarcation sur le marché. Vous pourrez ensuite comparer ce coût avec celui de modèles d’occasions similaires. Ces renseignements vous permettront de faire un choix judicieux et de dénicher l’embarcation idéale ! Consultez la rubrique « Neuf ou d’occasion ? »  de Découvrez le nautisme à ce sujet pour tout savoir. Prenez également le temps de vous informer des coûts d’acquisition et d’utilisation d’un bateau et du financement possible.

Où et quand magasiner ?

Vous trouverez d’excellentes occasions d’achat à toute époque de l’année. Les salons nautiques sont, entre autres, d’excellents endroits pour effectuer vos recherches. La grande variété des embarcations qu’on y trouve vous permettra de comparer les différentes marques et les prix offerts par divers détaillants. Certains offrent même aux visiteurs des prix spéciaux ainsi que des offres de financement.  

Consultez différents fournisseurs avant de faire votre choix. Choisissez un détaillant qui est établi à un endroit qui sera sur votre route ou à proximité lorsque vous irez à votre bateau. Si possible, faites l’essai de l’embarcation avant d’en faire l’acquisition.

Consultez la liste des détaillants membres de l’AMQ et découvrez les exposants du salon du bateau et des sports nautiques ainsi que du salon du bateau à flot.

 

 

Les assurances

Même s’il n’est pas obligatoire, au Canada, de faire assurer son bateau, il est fortement recommandé de le faire. Voici quelques conseils afin de bien choisir votre assurance, et ce, en fonction de votre embarcation et vos besoins.

 

 

Entretenir son bateau

Plusieurs cas de panne de bateaux sont répertoriés chaque année. Afin de contrer les mauvaises surprises pouvant être évitées par un entretien et/ou une inspection de votre embarcation de plaisance, consultez la liste des vérifications émise par Transports Canada.

De plus, il est fortement recommandé d’effectuer divers travaux d’entretien afin de conserver votre embarcation pendant plus d’une saison. Le site Web Découvrez le nautisme comprend, à cet effet, une foule de renseignements utiles, depuis une liste de vérifications printanières jusqu’aux conseils avant le départ en passant par des renseignements sur l'entretien des moteurs de bateaux et des conseils d’hivernage.

 

 

Conseils à la navigation

Entreposage de son embarcation

Les disponibilités d’un site, son caractère pratique et le budget dont vous disposez sont tous des facteurs qui jouent un rôle dans ce choix important. Tous ces facteurs entrent aussi en ligne de compte lorsque vous comparez différents modèles d’embarcations. Toutefois, deux solutions de départ méritent d’être envisagées.

Il n’y a pas de façon plus abordable que d’avoir son bateau sur une remorque, ce qui permet de le garder dans votre entrée ou dans votre cour (vérifiez si les règlements municipaux le permettent). Néanmoins, plusieurs facteurs sont à considérer lors de l’achat d’une remorque. En tête de liste : la capacité de remorquage de votre voiture, camion ou véhicule utilitaire sport. Vous trouverez cette information dans le manuel du propriétaire de votre véhicule.

Une autre possibilité  pour les petits bateaux est le remisage à sec. Dans ce type de remisage, votre bateau est entreposé dans un hangar couvert avec des espaces de rangement en étage.

Pour les propriétaires, de grosses ou petites embarcations, qui souhaitent avoir un accès rapide à leur bateau, et ce, en tout temps, une place à quai dans une marina constitue sans doute la meilleure solution!

Éclusage

Que ce soit en matière de règlements, de limite de vitesses, de permis d’éclusage et de leur paiements ou, encore, de la procédure à respecter au passage d’une écluse, Parcs Canada a ainsi établi une marche à suivre afin d’aider les plaisanciers à s’y préparer.  Il est à noter que Parcs Canada effectue la gestion de toutes les écluses des lieux historiques nationaux.

En ce qui a trait à la passation d’une écluse sur la voie maritime du Saint-Laurent et des Grands Lacs, la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent a émis un guide de la navigation à cet effet.

Pour connaître les horaires d’éclusage pour la voie maritime du Saint-Laurent, vous pouvez consulter en tout temps le site Web de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent.  

Enfin, pour acquitter vos frais d’éclusage, le tout peut s’effectuer en ligne ou en argent comptant. Considérez également que les personnes payant en ligne bénéficient d’une légère réduction sur le prix de l’éclusage. 

 

Comment passer les douanes canadiennes par les eaux

Afin d’entrer au Canada par les voies maritimes à l’aide d’un bateau de plaisance ou d’un petit aéronef, une procédure a été établi par l’Agence des services frontaliers  du Canada. D’autre part, dans le but de faciliter vos déplacements des États-Unis au Canada, le système CANPASS a également été implanté, accélérant ainsi votre passage aux douanes.

Sortie en bateaux avec enfants en bas âge

La planification d’une sortie en bateau avec des enfants en bas âge demande au préalable une préparation quant à la sécurité à bord de l’embarcation. Il demeure primordial d’expliquer clairement aux enfants quelles sont les règles de sécurité à suivre avant de larguer les amarres. De plus, il est très important de leur faire porter un VFI (vêtement de flottaison individuel) ou un gilet de sauvetage.

Lors de la sortie en bateau, il incombe d’être deux adultes qualifiés, soit un pour la conduite et l’autre pour la surveillance des enfants. D’autre part, afin de vous préparer à une éventuelle opération de sauvetage pour venir en aide à un enfant tombé par-dessus bord, il est important de s’exercer et de connaître les procédures à suivre dans le cas échant. L’une des façons de faire est la suivante : prenez une poupée, passez-lui un gilet de sauvetage comme s’il s’agissait d’un bébé, lancez-la par-dessus bord et exercez-vous à la récupérer jusqu’à ce que tous les passagers se sentent bien à l’aise avec la façon de procéder.  Ainsi, en vous exerçant, vous serez minimalement prêt à intervenir en cas d’urgence.

 

 

Vendre son bateau

 

Transfert d'un permis d'embarcation de plaisance

Le transfert d’un Permis d’embarcation de plaisance s’effectue auprès de Service Canada. Toutefois, il est toujours utile de demander conseil à un notaire spécialisé dans le domaine maritime. Dans le cas d’un bateau immatriculé au registre des navires du Canada, le transfert des titres lors d’une transaction de vente relève du Bureau d’immatriculation des bâtiments de Transports Canada.

Expiration d'un permis d'embarcation

Suite à la modification de l’article 106 du Règlement sur les petits bâtiments, le permis d’embarcation doit être renouvelé à tous les 10 ans. Pour plus d’informations à ce sujet, veuillez consulter le site Web de Tranports Canada sous l’onglet « Pendant combien de temps un permis d’embarcation de plaisance est-il valide? »

Registre des permis d’embarcation

À ce jour, il n’existe pas de registre où tous les permis d’embarcation émis ont été sauvegardés et compilés. Cependant, si vous perdez votre permis d’embarcation, vous pouvez faire une demande de remplacement. À cet effet, consultez l’onglet « Que dois-je faire pour remplacer un permis d'embarcation de plaisance perdu? » sur le site de Transports Canada.

 

Hivernage du bateau et du moteur

 

La préparation à l'hivers

La préparation adéquate de votre bateau pour la période hivernale (l’hivernage) permet principalement de prolonger la vie de l’embarcation et aussi de réduire le risque d’usure prématurée de certaines pièces. Le moteur mérite une attention spéciale pour éviter les dommages causés par le gel et la corrosion. 

Méthode de travail pour l'emballage de votre bateau

Si vous désirez effectuer le travail vous-même, nous vous suggèrons de suivre les étapes suivantes. Par contre, si vous êtes incertain ou pressé par la temps, n'hésitez pas à prendre un rendez-vous dans les marinas, les détaillants ou des professionnel qui pourront faire l'emballage pour vous.